NON À L’USINE À FUMIER 

 

Vous êtes sur le site des opposants à l’implantation d’un centre de production de substrat de culture pour champignons par l’entreprise Champag Inc., qui prévoit installer cette usine à Saint-Roch-de-Richelieu. Depuis le 17 janvier 2017, nous savons que l’entreprise Champag Inc multiplie les démarches afin d’établir cette usine dans notre municipalité. Notre opposition repose sur plusieurs facteurs, entre autres, la dévaluation de la valeur de nos propriétés, pour les raisons énumérées ci-dessous.

Pollution olfactive

L’odeur nauséabonde potentielle provenant de l’usine en opération est une préoccupation majeure. Il faut savoir que le processus de production de substrat de culture implique l’utilisation de fumier de poule et/ou de cheval. D’autres usines similaires de fabrication de substrat présentent ce type de problématique. Les odeurs voyageront au gré du vent et les citoyens de notre municipalité en subiront les conséquences.

Pollution sonore et achalandage démesuré

L’achalandage de camions lourds transportant le fumier et la paille pour la production de substrat, mais également, lors de l’expédition du substrat vers les champignonnières, le tout via notre réseau routier est une grande source d’inquiétude. Nos routes sont déjà très utilisées par les camions des sablières, cette augmentation de la circulation multipliera les impacts négatifs pour la population.

Utilisation de notre eau potable et nos eaux souterraines

Ce genre d’industrie nécessite une grande quantité d’eau qui sera puisée à même nos ressources publiques (aqueduc), souterraines (nappe phréatique) et dans la rivière Richelieu, sans oublier, les impacts écologiques qui s’y rattachent.  Pour faire le comparatif, en phase I seulement, cette usine utilisera 850m3 d’eau potable par semaine, soit l’équivalent de l’approvisionnement annuel en eau potable de 340 familles et, les demandes d’eau potable devraient doublés en phase II.  De plus, la Conservation de la Nature Canada (CNC) a fait l’acquisition d’un site protégé de 49 acres sur l’ile Deschaillons. La situation de trois espèces de poisson est préoccupante ainsi que les herbiers aquatiques dans la rivière Richelieu et c’est pourquoi il est crucial de continuer à les protéger.

Une autre vision pour Saint-Roch-de-Richelieu

St-Roch-de-Richelieu est une municipalité accueillante pour de nombreuses nouvelles familles. Notre école s’agrandit pour les accueillir et les projets domiciliaires sont en pleine croissance. Nous avons une autre vision du développement futur de la municipalité. Et croyons que nous devons préserver le caractère unique et paisible de Saint-Roch-de-Richelieu, tout en ayant une municipalité active. L’implantation d’un centre de production de substrat pour culture de champignons n’a pas sa place dans cette vision, car elle menace notre qualité de vie.

19 juillet 2018 - Jugement de la Cour supérieure

30 avril 2020 - Jugement de la Cour d'appel