RÉFÉRENCES

Voici certains liens qui pourraient vous être utiles pour comprendre les problématiques vécues dans certaines villes/situations:

Au niveau de la pollution olfactive

L’odeur nauséabonde potentielle provenant de l’usine en opération est une préoccupation majeure.  En voici un exemple:

ASHBURN – « Quelle est cette odeur? »

Raising a stink: Mushroom farm proves to be a smelly neighbour in Ashburn

Au cours des 36 années où Ken et Sally Giles ont vécu dans leur ferme de 100 acres sur Heron Road à Ashburn, un hameau rural tentaculaire dans le nord de Whitby, le couple a été posé cette question à maintes reprises par sa famille, ses amis et même des étrangers.  À moins d’un kilomètre au nord-ouest de leur propriété se trouve Greenwood Mushroom Farm, une source de frustration incessante pour les résidents de la région en raison des odeurs nocives qui émanent du site depuis près de deux décennies. Lire la suite.

Raising a Stink: Residents win court battle but legal war against mushroom farm odour rages on

ASHBURN – Lorsque Bob Robertson a signé le contrat d’achat de sa maison à Ashburn il y a 10 ans, il ne savait pas qu’il entrait dans une bataille qui avait germé près d’une décennie avant son arrivée.  Peu de temps après son installation, il a remarqué une odeur inhabituelle qui flottait dans l’air, principalement pendant les chaudes journées d’été.  Lire la suite.

Whitby mushroom farm to receive $4.1 million from Province

WHITBY – Les résidents d’Ashburn peuvent respirer plus facilement après 20 ans d’étouffement par des odeurs nocives émanant d’une installation de compostage de champignons à proximité.  La province de l’Ontario a récemment annoncé qu’elle fournirait à Greenwood Mushroom Farm, située dans le nord de Whitby, 4,1 millions de dollars pour la construction d’une installation de 16,5 millions de dollars qui éliminera les odeurs du processus de compostage des champignons.  Lire la suite.

Au niveau de la pollution sonore

L’achalandage des camions lourds et le bruit des ventilateurs de l’usine qui fonctionnera 24 heures sur 24, et 7 jours sur 7, ce qui diminuera grandement la qualité de vie des citoyens. 

Au niveau de la pollution de l’eau potable, l’eau souterraine et la faune

Ce genre d’industrie nécessite une grande quantité d’eau qui sera puisée à même nos ressources, soit dans la rivière Richelieu, sans oublier, les impacts écologiques qui s’y rattachent. Une partie de l’ile Deschaillons, sur la rivière Richelieu est maintenant en territoire protégé.

Voici un extrait:  « L’organisme Conservation de la nature Canada a acquis une parcelle de terrain de l’Île Deschaillons, sur la rivière Richelieu à la hauteur de Saint-Roch-de-Richelieu. Cette entente permettra de protéger 20 hectares.  On y retrouve le fouille-roche gris, un poisson considéré comme vulnérable selon la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec (LEMV). Sa survie est préoccupante, selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. Le mené d’herbe et le chevalier de rivière sont aussi présents sur le territoire. Ces poissons sont ciblés par la Loi sur les espèces en péril au Canada et jugés vulnérables par la LEMV. »   Lire la suite.

Et sur le site Conservation de la Nature Canada.Voici un extrait:  « Qu’est-ce qui respire sous l’eau, vit dans la rivière Richelieu et fait partie des espèces préoccupantes au Canada?

Si vous avez répondu le fouille-roche gris, le méné d’herbe ou le chevalier de rivière (trois espèces de poissons vulnérables), vous avez raison!   La situation de ces trois espèces est préoccupante, selon le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada, et c’est pourquoi elles sont désignées vulnérables en vertu de la Loi sur les espèces menacées ou vulnérables du Québec. Leurs populations ont souffert de la contamination par les eaux d’écoulement et des dommages qui ont été causés aux habitats qui leur sont propices, deux phénomènes que Conservation de la nature Canada cherche à combattre. »  Lire la suite.

Divers

Le projet Champag,  tel que présenté par M. Agnesh Marsonia, le 16 mars 2017, après modifications de l’investissement initiale du 2017-02-20, passe de 12M$ à 25M$.

Exemple d’aménagement de centre de production de substrat de culture: